Field Hockey Canada > Retour sur la tournée européenne

Retour sur la tournée européenne

mai 15, 2018 | Field Hockey Canada | fieldhockey.ca

ATHLETES AND COACHES OF THE NATIONAL JUNIOR DEVELOPMENT PROGRAM TELL THEIR SPRING JOURNEY IN EUROPE

From memory, this is the most important tour of the junior development program. Three teams, two weeks and one goal: to provide young Canadian athletes with coaching and coaching experience in an environment that is entirely in hockey.

En mars et avril, plus de 60 athlètes, entraîneurs et membres du personnel de soutien ont séjourné aux Pays-Bas et en Belgique pour une tournée de deux semaines. Alors qu’une dernière équipe prenait le départ cette semaine, ce printemps a représenté un moment historique pour le programme de développement junior masculin de Hockey sur Gazon Canada (HGC).

L’entraîneur-chef de l’équipe junior de développement, Indy Sehmbi, a déclaré que la tournée s’est avérée utile et a clairement ouvert bien des yeux en cours de route. Sehmbi a affirmé que c’était vraiment gratifiant de regarder certains de ces athlètes vivre leur première expérience du genre, et plusieurs d’entre eux faire un premier voyage à l’extérieur du continent nord-américain.

« Pour certains d’entre eux, c’était la première fois qu’ils jouaient à l’étranger. Pour d’autres, c’était leur première véritable tournée d’entraînement, à l’opposé d’une tournée de matchs. Je pense que tout le monde a beaucoup appris durant ce voyage », a-t-il affirmé.

Sehmbi a par ailleurs dit qu’en bonne partie, une des plus grandes clés du succès de la tournée a été son étendue.

« Nous avions plus de 50 athlètes, qui représentaient quatre provinces, qui se sont rendus et sont revenus d’Europe pendant la période de relâche. Nous avions des entraîneurs, des dirigeants, des thérapeutes sportifs, des soigneurs qui ont travaillé fort pendant tout le voyage. Ç’a vraiment ouvert les yeux des jeunes, ils ont vu ce qui peut s’offrir à eux », a-t-il indiqué.

Les équipes se sont entraînées aux Pays-Bas et en Belgique durant le voyage de deux semaines. Les trois équipes ont toutes disputé une série de matchs amicaux contre des équipes nationales juniors et de club. Selon Sehmbi, la culture du hockey qui régnait sur place a suffi pour faire réaliser aux joueurs ce qui s’offre à eux.

« Certains de ces jeunes Canadiens ont joué sur seulement un terrain ou deux durant toute leur vie. L’emphase sur le hockey est tellement plus grande dans ces pays. Tu peux te présenter au club pour t’entraîner et ils vont avoir plusieurs terrains et un pavillon », a-t-il noté.

 

CE QUE LES ATHLÈTES EN DISENT

Chris Tardiff, 17, réside à Chelsea au Québec et joue pour le tout nouveau CHG Phoenix de Chelsea. La tournée de développement junior en Europe était sa première depuis qu’il fait partie du programme national junior. Tardiff a toutefois déjà voyagé en Europe avec son club local, mais il a dit qu’il a vécu des sensations très différentes avec le programme national junior.

« Il y avait beaucoup d’intensité. Nous avons souvent eu deux séances par jour. C’était donc différent de la fois précédente. Il faut vraiment prendre soin de son corps durant le voyage », a-t-il affirmé.

Une autre différence notable, selon Tardiff, c’était la sensation de représenter son pays à l’étranger.

« Il y a un sentiment de fierté que tu ressens quand tu te présentes sur le terrain avec le logo du Canada sur le torse. »

La formation de Tardiff a pris part à plusieurs matchs amicaux contre des équipes nationales juniors et de clubs locaux. Il a dit avoir reçu une bonne dose de confiance quand il a constaté que le Canada pouvait rivaliser avec les équipes juniors d’Europe.

« Tu compares les installations et les chiffres… Disons que c’est bien de savoir que nous pouvons rivaliser avec eux. Ils sont plus habiles techniquement que nous le sommes globalement. Les dribles, les réceptions de passe et les frappes… Il faut assurément travailler plus fort sur ces habiletés pour rattraper notre retard », a-t-il déclaré.

Tardiff s’est dit heureux de faire partie d’une communauté du hockey sur gazon qui ne cesse de grandir au Québec.

« Il y a quelques clubs de plus qui font leur apparition à Montréal et dans d’autres régions. Nous allons avoir une équipe provinciale pour les championnats canadiens cette année. Ça va être ‘cool’ de jouer avec les représentants d’autres régions de la province », a-t-il affirmé.

Tardiff a par ailleurs rendu hommage au travail acharné d’Ian Bird, Mark Dekker et d’autres, qui a mené au développement du hockey sur gazon au Québec.

Lyle Fernandes, un athlète de 20 ans de Mississauga en Ontario a le hockey dans le sang. Il a fait savoir que son père a pratiqué ce sport lui aussi, ce qui lui a permis de le découvrir à un très jeune âge. Maintenant, il s’aligne avec OKD dans la ligue senior masculine de la grande région métropolitaine de Toronto.

Originaire de la région de Toronto, Fernandes s’est adonné au hockey en salle aussi. À l’âge de 20 ans, il a été un des joueurs les plus aguerris à participer à la tournée printanière en Europe. Même si cette tournée était sa première au hockey extérieur, ce qu’il a vécu avec l’équipe nationale en salle lui a donné la confiance nécessaire pour bien entreprendre la tournée. Selon lui, la plus grande différence entre une tournée d’entraînement et une tournée de matchs, c’est la nécessité de prendre soin de son corps.

« Chaque entraînement était d’une intensité énorme, et ensuite nous passions directement à un match amical. Et après, nous avions peut-être deux séances d’entraînement le lendemain », a-t-il indiqué. « Tu te sens courbaturé, c’est sûr. Tu dois faire ce que tu peux pour prendre soin de ton corps tous les jours. »

Fernandes a aussi vécu le choc culturel de jouer dans des pays qui adorent le hockey. Il a dit y avoir vécu une expérience à ce point incroyable que ça l’a incité à réfléchir aux opportunités de jouer qu’il pourrait recevoir dans le futur.

« Premièrement, tu vois beaucoup de vrai bon hockey, là-bas. Et l’intérêt que la foule démontre; ils connaissent vraiment le hockey. Ils adorent ça, ils connaissent toutes les règles. Ça t’amène à penser que tu pourrais peut-être aller jouer là-bas un jour, qu’il s’agit d’une possibilité réelle. »

Fernandes, qui a maintenant vécu l’expérience des tournées à l’extérieur et en salle, avait ce conseil pour les plus jeunes espoirs du programme national qui pourraient faire le même genre de voyage dans le futur:

« Quand tu pars en tournée, tu apprends souvent davantage en dehors du terrain que sur le terrain », a-t-il dit. « Qu’il s’agisse de la nutrition ou de prendre soin de ton corps. Commencer tôt et comprendre tous les petits détails. Il s’agit d’en absorber le plus possible. »

Fernandes participera aux Championnats canadiens de HGC ainsi qu’au prochain camp national junior.

Rajan Kahlon a grandi à Vancouver en Colombie-Britannique et a joué pour le Club de hockey United Brothers dans les rangs juvéniles. L’athlète de 20 ans s’aligne présentement avec les Thunderbirds de UBC et il a lui aussi fait partie de l’équipe junior de développement qui s’est rendue en Europe ce printemps.

Il a fait savoir que la tournée lui a vraiment fait réaliser à quel point il y a beaucoup de hockey sur gazon qui se joue dans ces importants centres européens.

« C’est tellement ‘cool’ de voir tout ce qui se passe. Nous allions quelque part et il y avait neuf ou 10 terrains dans une même région », a souligné Kahlon. « C’était formidable d’avoir pu se mesurer à eux. Au Canada, il n’y a pas autant de gens qui jouent, surtout chez les hommes. C’était donc vraiment ‘cool’ de voir combien d’athlètes il y avait et dans quelle mesure ils se poussaient tous les uns les autres à faire mieux. »

Kahlon ne prend pas le rôle qu’il joue au sein du programme national junior à la légère. Il a dit que ç’avait été une expérience formidable de représenter le Canada en sol étranger et il a vite fait remarquer que les autres pays sont très accueillants à l’égard des joueurs de hockey canadiens.

«Representing Canada is a privilege. You want to deserve it. We can not just give it to you, «said Kahlon. «We are tough, we have heart and we have a professional attitude on the ground. Other countries have a lot of respect for Canada. It was an environment where we felt really welcome. «

Kahlon will be joining his team at UBC, where he says he wants to continue to develop his skills and advance his game to the next level. He said he aims to be identified to be part of the senior development team program.